×

Soutenir la participation des migrants pendant leur parcours académique

  • Assurer des cours, tables de discussion, animations culturelles en français pour les migrants et penser à la gratuité pour celles et ceux qui ne peuvent le financer.
  • Systématiser des séances d’accueil ainsi que les préparations aux départs pour les étudiants comme pour le personnel académique concerné.
  • Soutenir les activités de rencontres entre étudiants en renforçant la mixité culturelle et sociale via des activités de convivialité.
  • Favoriser et élargir la mise en place de réseaux de doctorants du Sud soutenu par l’université afin de renforcer leur accès et leur partage de savoirs (par exemple, faciliter l’accès aux bibliothèques).
  • Favoriser l’accès aux logements dignes — que ce soit via les foyers internationaux, les logements assurés par les institutions d’enseignement, les logements privés — en soutenant la mixité sociale et culturelle.
  • S’assurer qu’aucun logement de l’établissement ne soit vide, et si c’est le cas, mettre en place une politique pour s’assurer de son utilisation effective.
  • Donner l’accès dans un premier temps comme élève libre, en donnant l’accès aux bibliothèques et aux services d’aide aux étudiants pour les résidents des centres accueillant les demandeurs d’asile afin dans un avenir proche de les accompagner vers une entrée effective dans les études.
  • Soutenir et promouvoir par tous les canaux de communication les initiatives de jumelage/tandems avec des membres du personnel, des alumni, des étudiants, en collaborant par exemple avec des services extérieurs.
  • Offrir un encadrement et des formations basées sur le respect mutuel pour les jumelages/tandems.
  • Valoriser l’engagement citoyen de façon académique au sein de programme annuel des études : par exemple, intégrer dans la formation académique l’engagement citoyen comme unité d’enseignement ou activité d’apprentissage ; intégrer les modalités d’engagement comme stages reconnus dans le cursus académique ; soutenir le tandem entre autres via l’octroi de crédits citoyenneté
  • Permettre à tout étudiant régulièrement inscrit de pouvoir participer aux échanges Erasmus, qu’ils soient réfugiés ou apatrides.
  • Valoriser les savoirs et expériences des étudiants, chercheurs du Sud et encourager l’organisation de « cours métis » [1].
  • Favoriser un espace d’échanges avec les personnes migrantes actives dans la communauté en leur permettant de s’exprimer sur leur parcours, les opportunités et les difficultés rencontrées.

Restons en contact

A propos

Rendons notre université/haute-école/ école supérieure des Arts hospitalière, là où les migrants sont des membres de la communauté comme les autres. Une campagne d'interpellation citoyenne de la coalition pour la Justice migratoire en alliance avec la FEF.

En savoir +

Contact

Quai du Commerce 9, 1000 Bruxelles

+32 (0)2 250 12 30